14/10/2015

RECONSTITUTION JOUBIEVAL : Les "clitchès" ardennais

Nous organisons à Joubiéval le 12 décembre 2015 une reconstitution historique, inspirée d'archives d'époques tournées dans la région par le signal corps en 1944-45.

Le but étant de mettre bien sur en avant l'offensive des Ardennes dans notre secteur ( Vielsalm ) ainsi que le musée de Joubiéval.

Nous allons recréer des scènes telles que l'on pouvait les voir à l'époque :

Scènes avec des civils qui fuient ( à bord de vieux "clitchès" ardennais )

Des allemands sur leur talons, et la libération du village par les hommes de la 83ème division d'infanterie.

De nombreux acteurs et reconstituteurs vont prendre part à cet événement pour "habiter" le village et les bois tout le weekend .

Les films d'époque seront projetés sur grand écran de nuit.

Une fois le spectacle ( gratuit ) terminé, le public et les enfants auront la possibilité de monter à bord de ces attelages du passé ( ou à pied / ou à bord de quelques véhicules d'époque ) pour effectuer un périple de nuit ( de 2 kilomètres ) sur les traces des libérateurs.

Prenez vos lampes de poches et soyez les bienvenus !

 

 

 

Lors de cette reconstitution historique, vous allez être "replongé" en en janvier 1945 !

Vous allez tout d’abord voir des civils ardennais qui fuient devant les nazis par crainte d’être tués comme cela s’était produit en 1914.

Vous allez les voir passer devant vous.  Il faut bien s’imaginer qu’à l’époque, femmes, enfants, jeunes et vieux quittaient leur maison bombardée sans parfois savoir où se réfugier. Ils s’en allaient sur les routes emportant avec eux une valise ou un panier à la main, quelques couvertures et peut-être un peu de nourriture.

Certains avaient la chance de pouvoir monter dans un « clitchè », c’est-à-dire un tombereau en français, tiré par un cheval de trait

Le tombereau est le nom donné au véhicule hippomobile, généralement agricole, destiné à transporter un matériau en vrac : terre, paille, fumier, gravats. Sa particularité est que la caisse peut basculer vers l'arrière pour vider le chargement. De là vient le nom, du verbe tomber, au sens ancien de basculer. )

le tombereau ardennais se compose donc de deux brancards, en wallon "lu custèl", rattachés au cheval, d'une caisse "lu kêsse" dont les côtés s’appellent "lès flahes", on pouvait y mettre des rehausses "lès rahôsses" et il comporte un objet particulièrement important "lu spèye", la barre que l’on enlève pour laisser basculer le tombereau, on dit alors "lu lèy alé a cou".

Le tombereau était un peu la « bonne à tout faire » en cette période.  Pour les ardennais, ce type d’attelage constituait l’un des biens les  plus précieux. ( Un peu comme le tracteur et la remorque d’aujourd’hui ) Pas question de l’abandonner à l’ennemi.

Pas ou peu de voiture à l’époque, …

Au jour d'aujourd'hui, ces vieux tombereaux ont pour la plupart été détruits ou fortement modifiés pour être remorqués par des tracteurs.

Dès 1945, nombre d'agriculteurs ont fait remplacer les bruyantes roues de bois par des essieux munis de roues en caoutchouc bien plus confortables. ( parfois empruntés à des véhicules militaires détruits )

Le système de freinage a été remplacé, tout comme les brancards par un timon.

Retrouver un attelage  "de chez nous" encore en état d'origine relève souvent du défi....

 tombereau A.jpg

 257462877-ancien-tombereau.jpgTOMBEREAU B.jpg

21:35 Écrit par bulge relics | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |